top of page

recherche par texte ou mots clefs

Résultats trouvés pour «  »

  • Fontaine Blanche, 1. Point d'eau, 1.1 Fontaines, Rue El Minîre, Remouchamps

    Fontaine Blanche (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) 1. Point d'eau 1.1 Fontaines adresse: Rue El Minîre, Remouchamps Histoire: FONTAINE BLANCHE Souvenir de monsieur Marc Flohimont, Piersay - Remouchamps: "Je l'ai connue comme "en batch el vôye Minîre" sur la gauche, un puits ou mes grands parents allaient chercher de l'eau froide pour laver le beurre, le grand bac servait à l'abreuvement des bêtes dans les prairies avoisinantes." Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Portail du cimetière de Harzé, 3. Ouvertures, 3.2 Portails, Harzé

    Portail du cimetière de Harzé (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 3. Ouvertures 3.2 Portails adresse: Harzé Histoire: PORTAIL DU CIMETIERE DE HARZE Piliers en pierre calcaire surmontés de chapiteaux taillés en diamant supportant les deux battants d'une grille en fer forgé. C'est en 1883 que la Députation permanente de la Province de Liège accorde son autorisation à la commune de Harzé pour l'acceptation de la donation, par la Demoiselle Lierneux, rentière, d'un terrain pour y établir le nouveau cimetière communal en remplacement de celui qui existait autour de l'ancienne chapelle dans l'enceinte du château et remplacée alors par l'église actuelle. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Fontaine avec bac de la place d’Aywaille , 1. Point d'eau, 1.1 Fontaines, Place Joseph Thiry 1, Aywaille

    Fontaine avec bac de la place d’Aywaille (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 1. Point d'eau 1.1 Fontaines adresse: Place Joseph Thiry 1, Aywaille Histoire: FONTAINE DE LA PLACE D’AYWAILLE Etienne Compère, dans son étude « La place Joseph Thiry à Aywaille » parue en 2018, la décrit comme suit : « La pompe est constituée d’un fût en fonte orné d’une frise de mascarons alternant avec des figures rappelant un peu les signes du zodiaque. La partie antérieure offre une gargouille dont un dauphin en relief semble cracher l’eau qui jaillit dans un bac réceptacle. Le tout est surmonté d’un vase où, aux beaux jours, un décor floral est arboré. Un bac en pierre y est accolé, servant au rinçage des lessives et d’abreuvoir pour le bétail. Le corps de pompe a été fondu à Raborive dans les forges de François Marcellis et coûta 600 francs. » Le Collège échevinal décide, en juillet 1948, que cette pompe, alors désaffectée, est confiée à M. Etienne Lamarche qui, après l’avoir fait démonter, la réinstallera dans le parc de son château à Awan. Il aura fallu 6 années d’efforts entre le désir exprimé par le Collège échevinal d’Aywaille et la réception provisoire des travaux de la réinstallation de la vieille fontaine, en face de l’immeuble Lambercy, sur la place d’Aywaille. Ce délai a été nécessaire pour pouvoir rassembler les différents éléments de cette fontaine, pompe et bac, disséminés lors de son démantèlement. 1990 est décrétée « Année des fontaines » par la Région wallonne. La Commune obtiendra un subside pour restaurer cette fontaine (et d’autres) sur le territoire communal. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées 50.4730018 ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Chapelle Hallet, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-potales, Sougné, Vieille Redoute

    Chapelle Hallet (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-potales adresse: Sougné, Vieille Redoute Histoire: CHAPELLE HALLET Borne-potale en moellons de pierre locale supportant une niche en anse de panier faite d'éléments de pierre calcaire sous une bâtière à deux versants surmontée d'une croix métallique portant un Christ. Sur son socle, une pierre gravée en relief précise que : Ces arbres ont été plantés par le ROYAL VIEUX LIEGE le 26 mars 1939 Dans les années 1990, voici ce qu'écrivaient à son propos Godelieve Farine et Etienne Compère : "Empruntons la rue Redoute jusqu'aux barrières de l'autoroute. A gauche un sentier nous mène à la "Chapelle de la Fidélité" qui donna son nom à une légende bien connue de Marcellin La Garde. Dominant la vallée et nichée dans la verdure, la chapelle, où veille la Vierge, est entourée de cinq beaux tilleuls offerts par le Royal Vieux Liège, le 23 mars 1939, à l'occasion de la Journée des Arbres: cet événement est d'ailleurs rappelé sur la plaque fixée sur le socle. Ce petit patrimoine est parfois désigné sous deux autres vocables: "Chapelle Hallet", du nom d'un particulier remoucastrien qui, jadis, y effectua des réparations. "Chapelle d'Entrevaux", allusion à sa situation entre les vallons de Trotinfosse et d'En Leva." Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Calvaire du Passeur d'eau , 2. Petit patrimoine sacré, 2.2 Calvaires, Sougné

    Calvaire du Passeur d'eau (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.2 Calvaires adresse: Sougné Histoire: CALVAIRE RUE DU PASSEUR D'EAU Croix de bois portant un crucifix sous un auvent. Malheureusement, l'origine de ce beau petit calvaire reste, aujourd'hui encore, tout à fait inconnue. Ce type de croix, désigné sous l'appellation "croix à auvent", est présent partout en Wallonie mais c'est la province de Liège qui en présente le plus d'exemplaires. Notre commune peut se targuer d'en posséder plusieurs. Le plus généralement, le montant et la traverse de la croix sont simplement surmontés de deux lattes ou planches, ouvragées ou non, posées à 45°, formant ainsi une sorte d'auvent à la croix. Dans des cas plus rares, cet auvent est arrondi et, parfois même, un dos de planches est présent. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Portail de la ferme de Paradis , 3. Ouvertures , 3.2 Portails, Paradis

    Portail de la ferme de Paradis (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 3. Ouvertures 3.2 Portails adresse: Paradis Histoire: PORTAIL DE LA FERME DE PARADIS La ferme de Paradis-Harzé qui abrita de nobles lignées et … un sorcier Harzé a son Paradis, hameau désigné de la sorte peut-être seulement parce qu’il est le plus élevé de l’ancienne seigneurie ou alors, comme c’est le cas en d’autres lieux pour le même toponyme, parce que cet endroit abrita un antique lieu d’inhumation. La présence de la belle ferme clôturée dite de Paradis s’explique indubitablement par l’histoire industrielle locale, la métallurgie, qui, entre les XVe et XVIIIe siècles, développa et anima ce coin depuis longtemps redevenu paisible. Cette ferme a été édifiée, au XVIIe siècle, en moellons de grès et a été remaniée à diverses reprises au fil du temps. Ainsi, le portail actuel, au nord-est de la bâtisse, n’était jadis qu’une entrée latérale quand une drève et un accès particulier menaient alors, à l’entrée principale, orientée elle au nord-ouest, depuis le chemin allant vers les Pouhons. Le corps de logis, sur deux niveaux, s’ouvre à la fois sur la cour et sur les jardins. Le seuil de la porte reste le témoin des transformations apportées aux lieux puisqu’il est constitué d’un ancien linteau millésimé 1685. Les écuries, les étables et la grange ferment le quadrilatère. L’ancien portail d’entrée est surmonté d’un pigeonnier, pourtant privilège seigneurial, et à proximité s’étalait un grand étang de retenue des eaux du ruisseau, assurant le contrôle du flux de courant nécessaire au fonctionnement optimal des machines à fer installées en aval, notamment dans les environs immédiats de la chapelle Saint-Anne des pouhons. Il est d’ailleurs plus que probable que cet étang ait existé bien avant la construction de la ferme. L’œil attentif du docteur Thiry, qui étudia le site avant la Seconde Guerre Mondiale, y décela les traces tangibles de l’existence de jardins d’agrément organisés avec soin, des murs en soutenant les gradins successifs. Les archives nous apprennent que la ferme de Paradis appartint, en 1652, à Jean de Boileau, seigneur de Bihain, membre de cette famille qui donnera des châtelains de Harzé quand les seigneurs en titre, par exemple la famille de Ligne, ne demeuraient pas au château. En ce milieu du XVIIe siècle, un litige opposa ce Jean Boileau, sa sœur Antoinette et Gilles de Neufforge. L’objet du litige n’est pas connu mais ce qui importe ce sont les personnalités en présence et leurs liens avec cette ferme qui, manifestement, voyait y résider des personnalités de marque. En 1656, elle appartient à Antoinette Boileau et le nom de son fermier nous est connu, il s’agit de Remy Minguet ; le bien est vendu, le 26 novembre de la même année, à Gilles de l’illustre famille de Rahier, mayeur de Rahier et châtelain de Logne. Sa veuve, Marguerite de Fraipont, vendra ensuite le bien, en 1679, à un capitaine d’infanterie de Sa Majesté Catholique le roi d’Espagne, Balthazar de Rambach dont le descendant, Ferdinand de Rambach, deviendra, quant à lui, colonel-brigadier de l’armée du roi de France. Il vivait à Paris et c’est ce qui, sans doute, le décida à se séparer, en 1727, de la ferme de Paradis en accord avec ses parentes qui se partagent l’usufruit du bien. Son nouvel acquéreur ne venait pas de loin mais sa fonction pourrait étonner dans pareille transaction, il s’agissait de messire Gérard de Houssonloge, le curé de Sougné, sous le sacerdoce duquel l’actuelle église de Sougné fut érigée. Avant d’entrer définitivement dans les possessions de la famille du baron du Saint-Empire, Charles-Antoine de Favereau, en 1794 ; la ferme de Paradis avait appartenu, 30 ans durant, au patrimoine d’un droguiste liégeois, Antoine-Joseph Lallemand. Le docteur Thiry nous apprend également qu’au premier étage de l’habitation du maître avait été aménagée une chapelle particulière. Cette réalité a conforté cet auteur dans l’idée que cette très belle ferme était à classer au rang des gentilhommières campagnardes conjuguant agréable séjour et revenu honnête à son propriétaire. Les lieux n’échappent pas non plus au merveilleux puisque la légende y installe un personnage dont la réputation fut et reste prégnante en Ourthe-Amblève et jusque dans la vallée de l’Aisne, sous le nom de Bellem, le sorcier d’Ardenne. Agé de 14 ans à peine, le jeune Bellem aurait été embauché à la ferme de Paradis en qualité d’aide-vacher au salaire annuel de trois couronnes d’Autriche et d’une paire de souliers neufs. Dans un grenier de la ferme, sous une épaisse couche de poussière, il découvrit de vieux livres parmi lesquels celui qui, sans doute, forgea son destin, le célèbre ouvrage de magie d’Agrippa où Bellem puisa les premiers secrets le guidant sur les chemins de l’occultisme. (René Henry, In Vertiges du passé, Vlan les Annonces du 21 mars 2016) Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Panneau de signalisation Route de Spa, 4. Signalisation, 4.4 Panneaux de signalisation, Remouchamps

    Panneau de signalisation Route de Spa (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 4. Signalisation 4.4 Panneaux de signalisation adresse: Remouchamps Histoire: BORNE DE SIGNALISATION Cette ancienne borne en béton a été sortie du lit de l’Amblève et remplacée à son emplacement d’origine, à l’angle des routes de Spa et de Trois-Ponts. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument aux Morts Awan, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.2 Monuments aux Morts, Awan Goza

    Monument aux Morts Awan (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.2 Monuments aux Morts adresse: Awan Goza Histoire: MONUMENT AUX MORTS D’AWAN Ce monument a été inauguré le 28 mars 1920. C'est en cortège, dans un village pavoisé et décoré de très nombreuses guirlandes, que les enfants des écoles communales, agitant de petits drapeaux aux couleurs nationales et précédés des sociétés de musique d'Aywaille, arrivèrent devant le monument commémoratif. M. l'instituteur Bourguet retraça la fin tragique des héros du village morts au champ d'honneur : Gaston Courtoy, Raymond Ehlen, Louis Lallemand et Aimé Malempré. Ce monument a été réalisé par Flohimont d'Aywaille Inscription sur le monument : 1914 - 1918 A LA MEMOIRE DE MM. COURTOY GASTON 1891 - 18 ELHEN RAIMOND 1894 - 17 LALLEMAND LOUIS 1887 - 14 MALEMPRE LOUIS 1899 -18 TOMBES GLORIEUSEMENT AU CHAMP D'HONNEUR SOUVENONS-NOUS Le 30 octobre 1956, la société « La Renaissance » d’Awan reçoit l’autorisation d’apposer, lors des prochaines commémorations de l’Armistice, une plaque à la mémoire des prisonniers, des déportés, des réfractaires et des résistants de la guerre 1940-1945 au pied du monument aux morts du village. Le 11 novembre 1956, la société « La Renaissance » d’Awan procède officiellement au placement de cette plaque commémorative. Inscription sur la pierre posée au pied du monument : A NOS HEROS DE LA GUERRE DE 1940 LIBON JEAN JURDAN AUGUSTIN ET A TOUS LES COMBATTANTS 1940 -1945 Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Grenouille de Harzé, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Place de Chézy, Harzé

    Grenouille de Harzé (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Place de Chézy, Harzé Histoire: GRENOUILLE DE HARZE Cette grenouille, emblème de cette commune française, a été offerte par la municipalité de Chézy-sur-Marne à la commune de Harzé, sa jumelle, et inaugurée le 18 mai 1975 à l'occasion du premier anniversaire de ce jumelage conclu l'année précédente en terres françaises. Ce jour-là ce sont 280 Français et Françaises qui se sont déplacés chez leurs jumeaux harzéens. C'est durant ces manifestations que la place communale de Harzé a été baptisée "Place de Chézy" et la plaque a été dévoilée par M. Pierre Eschard, le Maire de Chézy. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Mémorial Marcellin La Garde, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Parc communal Sougné Remouchamps

    Mémorial Marcellin La Garde (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Parc communal Sougné Remouchamps Histoire: MONUMENT MARCELLIN LA GARDE Assemblage de gros blocs de grès local supportant un bas-relief illustrant une légende de Marcellin La Garde et en portant, en médaillon, un portrait de cet auteur local et sur lequel on lit : CONTEUR DU VAL DE LA NATURE DE L'AMBLEVE MARCELLIN LA GARDE A L'HISTOIRE DE ALLIA L'AMOUR SOUGNE AYWAILLE DE L'ARDENNE 1818 1889 C'est le 17 janvier 1932 que le Dr Thiry a été désigné en qualité de Président du comité créé au sein de la société Le Vieux-Liège pour que soit élevé un monument à la mémoire de Marcellin La Garde, dans le parc communal de Sougné. Ce monument a été inauguré le 25 septembre 1932. Il supporte un bas-relief évoquant la légende du passeur d'eau réalisé par le statuaire Georges Petit. De part et d'autre du médaillon présentant le visage de Marcellin La Garde se lit : "Conteur du Val de l'Amblève, allia l'amour de la nature à l'histoire de l'Ardenne ". Paul Lepage, dans son livre "Le miroir qui ne flatte point" écrit à propos de ce monument: " En 1932, au sein du Royal Vieux-Liège, un comité fut chargé d'organiser une manifestation pour célébrer la mémoire de Marcellin La Garde, l'éminent écrivain des Légendes du Val de l'Amblève. Ce comité - dont j'avais l'honneur de faire partie - avait à choisir, parmi quelques maquettes présentées par plusieurs sculpteurs liégeois, celle qui devait le mieux convenir pour un modeste monument à ériger à Sougné-Remouchamps, lieu de naissance de Marcellin La Garde. Deux projets surtout retenaient l'attention des membres du comité. Ce fut d'abord un superbe bouc bondissant, rappelant la légende du "Champ des macralles", lieu où se livrait le sabbat. L'autre était un bas-relief représentant le naufrage de la barque du "Passeur d'eau de Sougné" au moment d'atteindre la rive gauche de l'Amblève, où l'attendait un mystérieux personnage. Plusieurs membres du comité se prononcèrent pour le premier projet. C'est alors que j'intervins ; tout en exaltant les qualités artistiques de l'œuvre présentée, j'appris à mes collègues la particularité du sobriquet des gens de Remouchamps (les gatlîs) ; la population de ce joli village n'allait-elle pas se trouver froissée et croire à une mystification malicieuse de la part du comité, en lui rappelant son surnom par l'effigie - en pierre ou en bronze - d'un bouc, aussi majestueux qu'il soit ? Ce beau projet fut donc écarté et le bas-relief de Georges Petit, professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Liège, fut adopté à l'unanimité. On peut en voir la réalisation sur le monument érigé dans le Parc communal. Le 25 août 1932, le Royal Vieux-Liège inaugura un monument, érigé dans ce parc, à la mémoire de Marcellin La, Garde, né à Sougné, en 1818, l'éminent écrivain des belles légendes du Val de l'Amblève et d'autres régions. Ce monument, composé d’un amoncellement de gros cailloux tirés du vieux sol ardennais, est comme le symbole des inspirations populaires et raciques des légendes que l'auteur a su traduire avec un charme particulier. Le bloc supérieur porte un bas-relief en bronze, dû au talent du réputé statuaire Georges Petit, et représente, outre l'effigie de Marcellin La Garde, une de ses légendes : Le passeur d'eau de Sougné. Il se fait que le monument se dresse à ·rendrait du parc où le passeur accostait. La manifestation, où prirent la parole Rodolphe de Warsage, Georges Laport et le D' Louis Thiry - et à laquelle assistaient l'Administration communale, le Royal Vieux-Liège, la, famille de Marcellin La Garde, le Syndicat d'Initiative et la Fanfare locale, se termina par un discours du bourgmestre Lagasse, où celui-ci prit l'engagement de veiller à la protection et à l'entretien du monument et du parc. Le 27 mai 1980 que le collège échevinal d’Aywaille a autorisé la plantation, par l’association « Sougné-Remouchamps Jeunes », d’un arbre commémorant le 150e anniversaire de l’Indépendance belge, dans le parc communal de Sougné-Remouchamps, à proximité du monument Marcellin La Garde. Rappelons simplement que la famille La Garde est originaire du midi de la France et viendra se fixer dans le pays de Liège au XVIIIe siècle. C’est d’ailleurs à Liège même que le père de Marcellin voit le jour en 1759. Après les troubles consécutifs à la révolution liégeoise et au changement de régime que connaissent alors nos régions, il achètera, à Sougné, l’ancien couvent des récollets pour 48 000 francs. Ce bâtiment sera désormais l’auberge qui vit naître Marcellin en 1818. Son instruction sera confiée au curé de Dieupart chez qui il fut mis en pension. Nous le retrouvons, alors âgé de 19 ans, à l’université de Liège où il entame, sans enthousiasme, des études de droit. Sa véritable passion c’est la littérature, il quitte les hémicycles universitaires et entre au journal « L’Espoir ». A 25 ans, il épouse Euphrosine Bon, une jeune femme éminemment cultivée et polyglotte qui deviendra sa collaboratrice et à qui il dictera ses livres. Il entame alors, sans délaisser pour autant sa collaboration avec divers quotidiens, une carrière d’enseignant et sera successivement professeur d’histoire à l’athénée d’Arlon, puis professeur de rhétorique à l’athénée de Hasselt où il reste près de 30 ans. En 1870, il fonde l’hebdomadaire « L’Illustration Européenne » dont il assume la responsabilité de rédacteur en chef jusqu’en 1888. Il meurt l’année suivante à Bruxelles où il vivait sa retraite. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument aux Morts Athénée Royal Aywaille, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.2 Monuments aux Morts, Aywaille

    Monument aux Morts Athénée Royal Aywaille (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.2 Monuments aux Morts adresse: Aywaille Histoire: MEMORIAL AUX ANCIENS ELEVES DE L'ECOLE MOYENNE MORTS POUR LA PATRIE Inscription sur la stèle : AUX ANCIENS ELEVES MORTS POUR LA PATRIE ANTOINE Alfred COCHET Yvan DEFAYS Jules DEFOSSE Achille DIDION André FLOHIMONT Albert GIET Joseph GILLES Alphonse HORRION Léon JEHOULET Maurice LEBOUTTE Gaston LECRENIER Louis LEJEUNE Joseph LIGNON Henri MASSIN Albert NIZET Emile NOEL Léon RAHIER Raymond SCHOUNE Alexis SEPTROUX René SURSON René WILKIN Maurice XHIGNESSE Alphonse LE LIVRE DES HEROS Dans "L'Ardenne liégeoise" du début du mois de juillet 1947, on pouvait lire : "ECOLES MOYENNES DE L'ETAT Ce dimanche 13 juillet inauguration du mémorial aux Anciens morts pour la Patrie. A 9.30 h. Grand Messe chantée par la Chorale St-Denis de Liège à la mémoire de tous les anciens tombés pour la Patrie. A 11 h. dans la cour de l'école, inauguration du Mémorial" L'Ardenne Liégeoise - fin juillet 1947 "AYWAILLE EMOUVANTE CEREMONIE Dimanche 13 juillet a été inauguré un mémorial aux anciens élèves de l’Ecole moyenne de l'Etat morts pour la Patrie. Après le salut au monument des morts 1914-18 et 1940-45, le cortège des autorités, groupements patriotiques, élèves et anciens élèves de l’Ecole moyenne de l'Etat. accompagnés d’un nombreux public, se rendit à l’église, où fut chantée une belle messe en musique avec le gracieux concours des solistes et des chœurs de la réputée chorale de St-Denis, à Liège. Le cortège se reforma pour se rendre à l’école où après un discours bien penssé et bien dit de M. le Bourgmestre, le voile tricolore tomba, laissant voir une œuvre dont le bon goût, la sobriété, comme l’heureux emplacement, rallièrent tous les suffrages. Clôturant la série des discours, Monsieur le directeur Manigart exalta le sacrifice de nos héros et, dans une envolée du plus pur patriotisme, proposa leur exemple aux générations montantes. Un defilé, scandé par les accents martiaux des clairons et des tambours, termina la cérémonie, qui a laissé au cœur de chacun l’impression la plus réconfortante." In René Henry , Aywaille chronique illustrée du XXe siècle, Dricot, 2006 Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument des Français - 1794, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, La Redoute, Sougné

    Monument des Français - 1794 (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: La Redoute, Sougné Histoire: MONUMENT DES FRANÇAIS La pose de la première pierre de ce monument a eu lieu le 19 septembre 1954 en présence du Consul de France et des Ministres Buisseret et Troclet. Il faudra cependant attendre 7 années pour que le monument soit officiellement inauguré le 23 septembre 1961. Le monument est constitué d’une pierre brute de 2,2 tonnes supportant une représentation du Coq Hardi et portant l’inscription « Ici l’armée française vainquit les troupes autrichiennes le 18 septembre 1794 » La présidence du comité œuvrant à l'érection de ce monument était assurée par le Dr Thiry; cependant, malheureusement, il ne put participer à son inauguration car il décèda le 15 février 1959. Il est étonnant de constater que, de nos jours, ce monument est très communément désigné comme étant le « Monument des Autrichiens » alors qu’il commémore une importante victoire de l’armée française qui mérita qu’apparaisse la mention « Commune de Sprimont » sur l’Arc de Triomphe à Paris. En effet, durant la période française, Sougné appartenait initialement à la municipalité de Sprimont. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Bornes du parc communal, 5. Délimitation, 5.2 Bornes de limite, Parc Louis Thiry, Aywaille

    Bornes du parc communal (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 5. Délimitation 5.2 Bornes de limite adresse: Parc Louis Thiry, Aywaille Histoire: BORNES DU PARC COMMUNAL Bornes de petit granit en forme de pyramide tronquée, surmontées d'un petit chapiteau initialement taillé en diamant. Une de ces deux bornes est brisée en son milieu. Seules subsistent les bornes situées côté Amblève et qui marquaient la sortie de la promenade du parc communal vers la rive de la rivière. Des bornes identiques étaient installées à l'entrée d'origine du parc communal, rue de la Heid, ainsi que le montrent les cartes postales anciennes. L'entrée du parc se fera de façon usuelle, à côté du pont, une fois que le Monument aux Morts sera érigé. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Belle-Croix, 2. Petit patrimoine sacré, 2.1 Croix, Rue Belle-Croix ,Aywaille

    Belle-Croix (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.1 Croix adresse: Rue Belle-Croix ,Aywaille Histoire: LA BELLE-CROIX Très élégante croix calcaire aux extrémités trilobées. Croix d'occis, armoriée, elle rappelle le souvenir de Melchior Grisart, ainsi que le rapporte son inscription: LE 7me DE 7bre EN RETOURNANT DE PELERINAGE ST-ROCH AT ETE OCCIS MISERABLEMENT ICY HONNORABLE MELCHIORE GRISART JEUNE HOMME BOURGEOIS DE LIEGE AEGE DE 24 ANS. PASSANT PRIEZ DIEU POUR SON AME. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Arbres Napoléon, 12. Arbres Remarquables, 12.3 Arbres limites et Arbres repères, Harzé Havelange

    Arbres Napoléon (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 12. Arbres Remarquables 12.3 Arbres limites et Arbres repères adresse: Harzé Havelange Histoire: LES ARBRES NAPOLEON Voici ce qu'en disait André Nelissen dans un article intitulé "En lisière des grand'routes : d'Aywaille à Comblain-la-Tour" : « L'approche de la clairière des Sept-Hêtres, les Arbres Napoléon, doit se faire à pied par la voie forestière de gauche (celle qui est jalonnée par une plaque des promenades de Chevron). L'air vivifiant est bon à respirer, autant en profiter! Le Jardin de Bonaparte est légendaire : la tradition certifie que les arbres furent plantés par ordre de Napoléon pour l'identification du chemin... La plantation systématique de sept arbres paraît au contraire remonter à une haute époque; les exemples démontrent la répartition de la coutume : - les sept-Fawes à la Neuville-en-Condroz - Seveneiken dans l'Hertogenwald - Seveneike dans la Flandre occidentale - Sevenoaks dans le Kent en Angleterre Ces rassemblements de hêtres ou de chênes indiquent forcément les points de repères de l'antiquité. On ne parvient plus à préciser la raison exacte de la plantation. L'austérité forestière est totale... Les Hêtres du Bois d'Aywaille ne confient pas leur secret. Le vent qui agite les hautes branches ajoute un peu de mystère. Est-ce ici un haut-lien attirant jadis la manifestation de rites particuliers? Le rappel de Napoléon est fortuit, c'est une explication bien à la portée des populations au siècle dernier. Le séjour sous les hêtres est bénéfique, remarquez-vous comme vos pensées se sont décantées, comme vos soucis semblent lointains et irréels... C'est là le premier résultat de cette promenade qui va à la rencontre des traditions. La clairière est simple et grandiose à la fois... respectons-la... Les arbres voisins sont complices, on le pressent, nous ne percerons pas le mystère des Arbres Napoléon. Le retour à la route (à peine 5 minutes) nous enfonce plus encore dans cette opinion." Etienne Compère, dans son excellente «Toponymie d’Aywaille », nous apprend que ces sept hêtres communs ont été plantés, en 1810, en souvenir du mariage de Napoléon Bonaparte avec Marie-Louise Hasbourg-Lorraine. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Kiosque du parc communal, 18. Autre, 18.4 Patrimoine disparu, Parc Louis Thiry, Aywaille

    Kiosque du parc communal (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 18. Autre 18.4 Patrimoine disparu adresse: Parc Louis Thiry, Aywaille Histoire: KIOSQUE DU PARC COMMUNAL C’est à l’été 2016 que ce vénérable kiosque a été démoli. Gravement malade depuis des années, son état a fini par le rendre dangereux et à le condamner à la démolition. Il avait été pendant des décennies au centre de bien des manifestations et d’innombrables festivités au cœur d’Aywaille. Erigé en 1900. Les sociétés musicales locales y donneront, chaque dimanche pendant la belle saison, des concerts très suivis. Au centre de ce kiosque se trouvait une rose des vents qui a été précieusement conservée. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Borne-potale de Hénumont, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-potales, Hénumont

    Borne-potale de Hénumont (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-potales adresse: Hénumont Histoire: BORNE-POTALE DE HENUMONT Borne-potale récente faite d'un socle de blocs de pierre locale sur lequel une assise de bois supporte une statue de la Vierge abritée sous une bâtière d'ardoises à deux versants reposant sur quatre piliers de bois. Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Chapelle du Faweux, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-potales, Faweux

    Chapelle du Faweux (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-potales adresse: Faweux Histoire: CHAPELLE DU FAWEUX Monseigneur Kerkhofs, l'évêque de Liège, inaugure, le 14 novembre 1954, en clôture des cérémonies de l'année mariale à Harzé et à Ernonheid, la chapelle du Faweux abritant une statue de la Vierge des Pauvres. La chapelle est élevée derrière une clôture en fer forgé exécutée par Hubert Bodson et Julien Lierneux. La chapelle a été construite par M. Godet, de Houssonloge, sur un dessin de l'architecte aqualien Henfling. Cette chapelle porte l'inscription : "N.D. DE BANNEUX PROTEGEZ-NOUS ! 1954" Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Borne-potale Mamote et Dolphine, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-potales, Stoqueu

    Borne-potale Mamote et Dolphine (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-potales adresse: Stoqueu Histoire: BORNE-POTALE MAMOTE ET DOLPHINE Borne-potale de type "caisse" surmontée d'un couronnement pyramidal avec une sphère de pierre au sommet. Sur la pierre de son piedestal se lit l'inscription : " A N-D. de Lourdes Souvenir de la guérison miraculeuse d'Adolphine MONSEUR " Le 10.7.1886. "A cet endroit vivaient deux vieilles femmes que tout le monde craignait. Elles s'appelaient "Mamote" et "Dolphine". Elles avaient le visage hâlé et buriné comme ceux des mégères des contes de Perrault qui alimentaient notre imagination enfantine. On aurait dit qu'elles étaient faites d'un lambeau de temps qui avait oublié de passer. Mamote était l'image même de la sorcière : petite, bossue, le nez crochu et le visage envahi par de vilaines verrues. Sur la tête, une "gamète" lui cachait une partie des yeux. Dolphine, au contraire, était grande et mince. Elle semblait avoir bénéficié d'une certaine culture. Elle portait plus élégamment la "gamète" traditionnelle (...) Dolphine, gravement malade, avait fait un pèlerinage à Lourdes et en était revenue guérie. En remerciement, elle avait ériger un véritable monument dans le jardin qu'elle possédait sur les hauteurs de Stoqueu." Témoignage adressé par Robert Rahier à La Petite Gazette en septembre 2000. Madame Léona Biet écrivait ceci à La Petite Gazette , le 20 avril 2001. "J'ai très bien connu Mamote et Dolphine, de leurs vrais noms Hubertine et Adolphine Monseur. Elles ont été mes voisines pendant mon enfance et ma jeunesse. Effectivement, on les soupçonnait, surtout Dolphine, de pratiquer quelques sorcelleries. Etant petite, mes parents m'avaient bien recommandé de ne jamais mangé un bonbon ou une quelconque friandise qu'elle aurait pu m'offrir." Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Kiosque de la place , 18. Autre, 18.4 Patrimoine disparu, Place Joseph Thiry, Aywaille

    Kiosque de la place (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 18. Autre 18.4 Patrimoine disparu adresse: Place Joseph Thiry, Aywaille Histoire: KIOSQUE DE LA PLACE Dès 1874, à l'initiative du fils du bourgmestre François Cornesse, un kiosque portatif est installé sur la place du Marché à Aywaille (actuelle place Thiry). Sa démolition, en vue d’agrandir la place, a été décidée par le Conseil communal en date du 9 avril 1971. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées 50.4737659,5.6745618,19 ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Potale Saint-Joseph, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-potales, Rue Marcellin La Garde, Remouchamps

    Potale Saint-Joseph (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-potales adresse: Rue Marcellin La Garde, Remouchamps Histoire: POTALE SAINT-JOSEPH Borne-potale à pied droit surmontée d'une niche en anse de panier sous une bâtière de tuiles portant une croix ouvragée. Ce petit oratoire fut restauré et son site aménagé en 1992, à l’occasion de l’année du petit patrimoine dédiée aux croix et chapelles bordant les chemins et sentiers de nos communes. Cette potale dédiée à saint Joseph reçoit toujours régulièrement la visite des Remoucastriens. Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Stèle commémorant la chute d'un B-17 (Noël 1944), 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Aywaille

    Stèle commémorant la chute d'un B-17 (Noël 1944) (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Aywaille Histoire: LE B17 TOMBE AU GOUFFRE LE 24/12/1944 LE B17 N° 43-37569 TOMBE A AYWAILLE LE 24/12/1944 N’A PAS ÉTÉ OUBLIE ! Le vendredi 19 décembre 2015, c’est une très nombreuse assistance qui s’est réunie pour se souvenir des membres de l’équipage de ce B-17 dont les débris tombèrent à Aywaille, au Gouffre et à Chambralles. Monsieur Pol Walhain, de Comblain-au-Pont, a étudié dans le détail l’histoire de ces aviateurs alliés qui donnèrent leur vie dans le combat qui était alors livré contre la barbarie nazie et pour la liberté des peuples. J’extrais quelques passages de l’histoire de cet avion et de son équipage dans l’évocation qu’a écrite ce chercheur consciencieux. « Samedi 23 décembre 1944, alors que le temps se modifie légèrement, l'Etat-major de la 8e Air Force, réceptionne les données émanant des météorologistes militaires. Ceux-ci sont formels, demain, affirment-ils, le ciel sera dégagé. Dès cet instant, le compte à rebours pour lancer la plus grande opération aérienne de tous les temps a commencé. Sur toutes les bases de la 8e Air Force, stationnées en Grande-Bretagne, c'est le branle-bas de combat. Toutes les unités ont reçu l'ordre de mettre tout en oeuvre pour dépêcher un maximum d'avions. «Tout doit voler» disent les officiers d'Etat-Major, même les vieux avions usés par de nombreuses heures de vol. Dimanche 24 décembre 1944, tôt le matin, attendant que le brouillard se lève, après un travail acharné des équipes de maintenance et d'approvisionnement, 2034 bombardiers lourds et 853 chasseurs d'escorte sont prêts pour l'envol. Pour faire voler tous ces avions, il a fallu également rassembler un grand nombre d'aviateurs. Dès le samedi, fin d'après-midi, toutes les bases ont été mises en alerte. Les permissionnaires sont rappelés. Les MP's visitent les salles de spectacles et les bars pour donner aux hommes l'injonction de rejoindre leur escadrille. Certains, brevetés navigants, mais occupant une fonction administrative, sont réaffectés dans les équipages. Il y a des volontaires aussi, comme le 1er Lt Cuno Becker, officier d'armement de la 836e escadrille. Cet officier ne possède aucun brevet de navigant. Dès 9 h., sur la base 137 de l'USAAF, située à Laveham (GB), 54 bombardiers BI 7 appartenant au 487 BG décollent. 38 d'entre eux, dont 4 pathfinders (avions guides équipés d'un radar H2X et d’un équipage ayant reçu une formation spéciale), vont former le groupe de tête qui va guider l'armada (…) Parmi les avions de la 836e escadrille, occupant la position du vol bas, se trouve le B17G N°43-37569 qui appartient administrativement à la 839e escadrille. Dans la formation, cet avion piloté par le 1/Lt Ball occupe la position n°6, c’est-à-dire qu’il vole sur la droite de la formation basse. A hauteur du versant de la rive gauche de l'Ourthe, qui domine les environs du confluent de l'Ourthe et de l'Amblève, une quarantaine de chasseurs allemands, Fockwulf 190 A8, appartenant au IV Sturm/Jagdeschwader 3 (4eme groupe d'assaut de l'escadre de chasse n°3 entrent en contact avec les bombardiers du 487BG. Cette attaque frontale, bien que rapide, fait des dégâts parmi la formation. Dans l'avion du 1er Lt Ball, les pilotes se rendent vite compte que la gouverne de direction est détruite. L'équipage s'étonne ensuite qu'après leur «passage», les «bandits» ont disparu. (En fait, les pilotes allemands ont reçu l'ordre de contourner la formation de bombardiers pour les attaquer par l'arrière.) A l'instant même où les bombardiers survolent la carrière du Hagohé, située entre Halleux et Martinrive le Lt Becker signale par l'interphone l'arrivée par l'arrière d'une quarantaine de chasseurs ennemis, placés en ligne de front. Lorsqu'ils se trouvent à environ 550 m. de distance, et donc toujours hors de portée des mitrailleuses U.S., les chasseurs actionnent leurs canons de 20 & 30mm. Le moteur n° 2 de l'avion de Ball est en feu, de même que le 3 ou le 4. Une forte odeur de gaz et de brûlé se répand dans la forteresse. Le Lt Sperber, le navigateur, appelle les pilotes par l'interphone et ne reçoit aucune réponse. Devant lui, il voit le Lt Broom qui prend son parachute. Alors, très vite, il accroche également le sien, se dirige vers l'écoutille du nez et saute. Le Lt Broom le suit. Ils sont à peine sortis que le bombardier commence à tourner comme une toupie en perdant très vite de l'altitude. A ce moment-là, seulement une trentaine de secondes se sont écoulées depuis que le BI 7 a été touché à mort. La force centrifuge cloue littéralement sur place les membres de l'équipage. La forteresse volante ne résiste pas aux efforts dynamiques. Le fuselage se casse à hauteur des empennages arrières, la queue se sépare, emportant avec elle le 1 Lt Becker. Elle va atterrir dans une prairie entre Septroux et Chambralles, où des civils (N.D.L.R. Gaston Méan et ses frères) découvriront le Lt Becker toujours à son poste, grièvement blessé. Il décèdera à l'hôpital le 26 décembre. Le reste de l'avion est tombé dans l'Amblève au lieu-dit «le Gouffre», à Aywaille. Le 3 janvier, les militaires retireront de l'épave, les corps des 1 Lt Ball et Tomea et du T/Sgt Parks. La dépouille du T/Sgt Lull sera retrouvée bien plus tard, ayant été emportée par les flots. Deux hommes, se trouvant dans le fuselage au moment du cisaillement de la queue, ont été éjectés par le trou béant. Ils sont tombés sans parachute. Le S/Sgt Comery dans un pré en face de la scierie Van den Wildenberg et le S/Sgt Gaudin vers la laiterie d'Aywaille. » Membres d’équipage tués ou disparus Pilote : 1er lt BALL Ira L. (*) Co-pilote : 1er lt TOMEA Gordon R. Jr Opérateur radio/mitrailleur T/Sgt LULL Robert H. Mécanicien de bord : T/Sgt PARKS Warren H. Mitrailleur de tourelle ventrale : S/Sgt GAUDIN Duffy J. Jr (*) Mitrailleur de queue : S/Sgt COMERY John J. (*) Les noms suivis de (*) indiquent ceux dont la dépouille repose toujours au cimetière de Henri-Chapelle. Membres d’équipage survivants : Bombardier : 1er Lt BROOM John C. Navigateur : 1er Lt SPERBER Harold P.” A l’initiative de Frédéric Winkin et de son 40-45 Memories Museum, un monument a été inauguré ce 19 décembre au Gouffre à Aywaille pour perpétuer le souvenir de ces aviateurs américains. En présence d’une foule nombreuse, parmi laquelle se remarquait la présence du Colonel Jean-Louis Crucifix, Commandant militaire de la Province de Liège, que les circonstances de la chute de cet appareil furent rappelées. Le public, très attentif, n’a pas manqué d’être impressionné par la très importante délégation de porte-drapeaux venus de tous les coins de la province. C’est devant la délégation de l’US Air Force de la base militaire de Kleine Brogel que le monument commémoratif fut dévoilé par MM. Georges Goguin et Gaston Méan. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Potale de la rue de Louveigné, 2. Petit patrimoine sacré, 2.3 Potales, Remouchamps

    Potale de la rue de Louveigné (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.3 Potales adresse: Remouchamps Histoire: POTALE DE LA RUE DE LOUVEIGNE Potale en pierres rustiques aménagée en haut de nombreuses marches et contre les rochers affleurant en bordure de voirie. Le seuil de cette potale porte la date de 1954. Cette potale est inaugurée le 14 août 1954. A l’occasion du centenaire de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, et quelques années après qu’il eut défini la doctrine de l’Assomption, le pape Pie XII décrète que 1954 serait une année mariale (une seconde sera décrétée en 1988). Durant cette année, on encourage les fidèles à fréquenter les sanctuaires mariaux et de grandioses manifestations de dévotion à la “Vierge” sont organisées. Dans notre commune, cette année verra l’édification de plusieurs chapelles et potales dédiées à la Vierge. Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. Il est intéressant de rappeler que ces "potales" ont remplacé, il y a longtemps déjà, le silex troué naturellement que l'on installait au-dessus des portes pour empêcher l'entrée des sorcières. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument aux Morts Aywaille, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.2 Monuments aux Morts, Parc Louis Thiry, Aywaille

    Monument aux Morts Aywaille (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.2 Monuments aux Morts adresse: Parc Louis Thiry, Aywaille Histoire: MONUMENT AUX MORTS D’AYWAILLE Architecte du monument : A. Henfling Statuaire : L. Gérard Inscription sur le monument : LA COMMUNE D'AYWAILLE A SES ENFANTS MORTS POUR LA PATRIE MORTS AU CHAMP D'HONNEUR BEAUFAYS Alphonse BEAUFAYS Lucien BONNESIRE Florent BOURGUET Hubert BURTON Maurice COCHET Marcelin CORBESIER François CORTIN Désiré COURTOY Gaston DECLAIRFAYS Louis DECLAIRFAYS Lucien EHLEN Raymond HANCHIR François HUBIN Joseph HUBIN Jules JAMES Joseph LALLEMAND Louis LARONDELLE Joseph LAWARREE Alfred LECLERC Henri LERUDE Abbé MALEMPRE Aimé ROME Georges YERNAUX Louis WILMOTTE Adolphe FUSILLES CIVILS HAID Albert LEMAIRE Jean 1914 - 1918 Le muret qui court derrière le monument supporte deux pierres de taille portant, elles aussi, des inscriptions mémorielles : A gauche : LA COMMUNE RECONNAISSANTE A SES VICTIMES MILITAIRES ET CIVILES DE LA GUERRE 1940 -1945 A droite : LA COMMUNE RECONNAISSANTE A SES PATRIOTES Ce monument a été inauguré le 11 octobre 1931. Son érection a suscité de longs débats pour déterminer son emplacement; ensuite, les discussions portèrent sur son financement. Des échanges peu amicaux opposèrent les membres du comité local de la F.N.C (fédération national des combattants) et ceux du comité local de la F.N.I. (fédération national des invalides). Outre l'important subside communal, une collecte de fonds a été organisée en porte à porte ! A été remis en état en 1977 et réaménagé en 1990. A l'occasion du 75e anniversaire de la Libération et des Journées du Patrimoine 2019, ce monument a été entièrement nettoyé, rejointoyé et le lettrage ravivé par les bons soins des ouvriers communaux du service "Travaux". Les photos avant/après sont plus parlantes que n'importe quelle explication. En outre, se rappelant qu'à l'origine un phare était présent au sommet de la colonne du monument, un nouvel éclairage led a été inauguré durant la soirée organisée en prélude des Journées du Patrimoine 2019. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument national des motocyclistes , 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Parking Rive droite, Aywaille

    Monument national des motocyclistes (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Parking Rive droite, Aywaille Histoire: MONUMENT NATIONAL DES MOTOCYCLISTES Mémorial Robert Grégoire, réalisé par Paul Du Bois, avec un buste de Jean Van Neste et un bas-relief signé Robert Mermet. Un imposant monument bénéficie de la largeur de l’espace public rend un hommage « national » aux motards, et en particulier à Robert Grégoire (1901-1933). Natif d’Aywaille, ce dernier s’était pris de passion pour les compétitions de motocyclette au lendemain de la Grande Guerre. Après avoir remporté ses premiers bouquets sur sa propre machine, le garagiste devient « pilote d’usine » lorsque Saroléa l’engage à la fin des années 1920. Le succès est toujours au rendez-vous. Champion de Belgique expert en 500 cc en 1932 et 1933, Grégoire décroche plusieurs records du tour sur circuit en compétition et un record du monde, celui du kilomètre en départ arrêté. Cette quête de la vitesse pure coûtera la vie à Robert Grégoire, victime d’un accident lors des essais sur le circuit de Francorchamps le 21 juillet 1933. La disparition tragique du pilote aqualien frappe fortement les esprits. Très vite, avec le soutien d’Édouard Grégoire, le père du pilote, la « Royale Ligue motoriste Ourthe et Amblève » décide d’élever une stèle à la mémoire de Robert Grégoire. Un Comité est mis en place, présidé par Lambercy et Thomas notamment. Au début du mois de juillet 1935, la stèle est inaugurée en présence de nombreuses délégations belges et étrangères, des autorités locales et du président des clubs motocyclistes de Belgique (Lamborelle). Il est vrai que depuis la disparition de Robert Grégoire, l’élite des motocyclistes belges a été décimée : Noir et Paul Demeuter se sont tués en course en juillet 1934 et Antoine Lambert en 1935. La destination du monument Grégoire a par conséquent sensiblement évolué au cours de sa réalisation et l’inauguration est l’occasion de rendre hommage à l’ensemble des pilotes récemment décédés. À ce moment, en juillet 1935, le monument réalisé par Paul Du Bois se présente sous la forme d’une haute stèle en pierre bleue surmontée d’un buste en bronze représentant un motocycliste. Sur la face de la stèle côté Amblève, une allégorie féminine pleure les disparus en tendant vers le haut une branche végétale ; à la hauteur de la main tendue apparaît la mention : A NOS CHAMPIONS MOTOCYCLISTES IN MEMORIAM Sur la face avant du monument (l’orientation est donnée par rapport à la position du visage du buste), en contrebas, un bas-relief réalisé dans la pierre montre une moto de course légèrement de face, avec un pilote au guidon et le numéro 1. Tout en haut de cette face du monument, le nom de ROBERT GREGOIRE a été gravé lui aussi dans la pierre. Volontairement, le sculpteur qui a réalisé le buste ne lui a pas donné les traits d’un pilote connu ; il ne s’agit donc pas de Robert Grégoire. Ce buste est l’œuvre du sculpteur liégeois Jean Van Neste. Formé à la sculpture à l’Académie de Liège, Jean (André) Van Neste (Grivegnée 1883-date de décès inconnue) a fait carrière dans la sculpture, tout en se lançant dans la peinture en autodidacte. En 1935, lors de l’inauguration, un bas-relief en bronze a déjà été apposé à mi-hauteur, dans le prolongement de la végétation sculptée sur la face côté Amblève : lui aussi œuvre de Jean Van Neste, il représente Paul Demeuter. Par la suite, d’autres bas-reliefs viendront s’ajouter au « Mémorial aux glorieux pionniers du Sport Motocycliste belge » ; ainsi, dès 1937, y trouve-t-on celui de Robert Grégoire, réalisé par Robert Mermet. Après la Seconde Guerre mondiale, avec le soutien de la Fédération motocycliste de Belgique, la RLMOA s’occupera de l’entretien, de la restauration et d’un nouvel aménagement du monument qui se transforme en un mémorial dédié à tous les motocyclistes décédés en course, tout en honorant les victimes des deux guerres mondiales. Autour du monument, un espace rond est circonscrit par la construction d’un mur en moellons ; à ses extrémités, le demi-cercle bâti supporte un casque de motard reposant sur des feuilles de lauriers, tandis que débordent du mur une demi-roue et la partie arrière d’une moto. À deux endroits dans la partie haute du muret en moellons, une pierre bleue a été gravée au nom de : LA FEDERATION MOTOCYCLISTE BELGE A SES HEROS DE BELGISCHE MOTORIJDERS BOND AAN ZIJN HELDEN 1914–1918 1940–1945 À l’arrière du socle principal, la liste des noms de motocyclistes décédés au cours de compétitions belges est apposée ; le nom des délégués officiels décédés au cours de compétition apparaît aussi. Cette nouvelle inauguration se déroule le 8 juin 1958. Daté de 1937, le bas-relief représentant Robert Grégoire est dû au ciseau du sculpteur français Robert Mermet (Paris 1896 – Cusset 1988). D’ailleurs, si la présence de bas-reliefs de Mermet dans la cité aqualienne peut s’expliquer par la véritable passion qu’il nourrissait pour la moto, il est tout aussi vraisemblable qu’elle soit motivée par les liens qui unissaient le « jeune » sculpteur à son maître, Paul Du Bois, auquel il faut sans aucun doute attribuer le mémorial Grégoire. Si l’on ne trouve nulle trace de signature de Paul Du Bois sur le monument, il suffit de quelques « arguments » pour se convaincre qu’il en est bien l’auteur. Au-delà de sa naissance à Aywaille et de sa proximité avec Mermet, Paul Du Bois vient d’achever un monument Lenoir à Arlon (1931) qui le lie au monde des moteurs automobiles. Dans le style du monument, on reconnaît la griffe de l’artiste wallon qui recourt volontiers à une allégorie féminine pour mettre davantage en évidence son sujet. C’est particulièrement évident dans le cas d’Aywaille. (Source : Institut Jules Destrée) Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Stèle du Vieux-Liège, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Rue des Minières Harzé

    Stèle du Vieux-Liège (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Rue des Minières Harzé Histoire: STELE DU VIEUX-LIEGE (HARZE) Cette stèle est inaugurée le 25 octobre 1972 pour commémorer le 75e anniversaire de la société « Le vieux-Liège » à l’endroit où 3 ans auparavant, le 26 octobre 1969, avait été planté 3 châtaigniers. Un banc dédié à André Nelissen, administrateur de la société et qui était à l’initiative de cette petite cérémonie a été installé le jour de l’inauguration de la stèle. La plaque inaugurée en 1972 a malheureusement disparu, seul subsiste le monolithe qui lui servait de support. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Marbre commémorant la destruction du viaduc, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Route de Trois-Ponts, Remouchamps

    Marbre commémorant la destruction du viaduc (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Route de Trois-Ponts, Remouchamps Histoire: MARBRE COMMEMORATIF VIADUC DE SOUGNE-REMOUCHAMPS Inauguration, le 6 mai 1984, de ce marbre commémoratif sur une des piles du viaduc de Sougné-Remouchamps (le jour de l’inauguration de l'avenue de la Résistance). Sur cette plaque, nous lisons : CE PON(T) A ETE DETRUIT LA NUIT DU 8 AU 9 AOÛT 1944 PAR L'ARMEE BELGE DES PARTISANS Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument de l'avènement au trône du Roi Albert et de la Reine Elisabeth, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Parc Louis Thiry, Aywaille

    Monument de l'avènement au trône du Roi Albert et de la Reine Elisabeth (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Parc Louis Thiry, Aywaille Histoire: MONUMENT DE L'AVENEMENT AU TRONE DU ROI ALBERT 1ER ET DE LA REINE ELISABETH Assemblage de gros blocs des divers types de pierre présents sur le territoire communal portant deux bas-reliefs de bronze représentant le Roi Albert et la Reine Elisabeth et une dalle gravée en creux. Sur une pierre gravée en creux, on lit : A L.L.M.M. ALBERT et ELISABETH LA COMMUNE D'AYWAILLE 31 JUILLET 1910 Ce monument a été inauguré le 31 juillet 1910, soit 7 mois à peine après la prestation de serment du Roi Albert 1er, il est dès lors le plus ancien monument du parc d'Aywaille. A l'occasion du 75e anniversaire de la Libération et des Journées du Patrimoine 2019, ce monument a été entièrement nettoyé et les plantations qui l'agrémentent joliment rajeunies par les bons soins des ouvriers communaux du service "Travaux". Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument aux aviateurs U.S. tombés Aux Tilleuls, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Rue des Tilleuls - Harzé

    Monument aux aviateurs U.S. tombés Aux Tilleuls (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Rue des Tilleuls - Harzé Histoire: MONUMENT AUX AVIATEURS TOMBES “AUX TILLEULS” A HOUSSONLOGE Ce monument a été inauguré le 23 mai 1991, non loin des lieux où furent retrouvés les corps des six aviateurs composant les équipages des deux bombardiers légers américains A-20 Invaders qui se sont accrochés, sans doute en raison du brouillard épais qui enveloppait le ciel harzéen en cet après-midi. Ces deux appareils appartenaient à une escadrille comportant 36 avions américains ayant décollé de Juvincourt, dans l'Aisne en France. Ils faisaient partie du 647e escadron U.S. du 410ème groupe et revenaient d'une mission de bombardement sur Ofladen, un faubourg de Cologne. Un marbre perpétue le souvenir des ces aviateurs : RECONNAISSANCE AUX AVIATEURS AMÉRICAINS MORTS ICI POUR LA LIBERTÉ LE 6 MARS 1945 1ST LT LLOYD E. DICKERSON 2D LT ALLEN R. WEBSTER S/SGT WILLIAM R. MAHOOD S/SGT DONALD D. REESE S/SGT FRANCK L. RANKIN SGT RALPH H. PAGE 697 BOMB SQ 410 BOMB GP/L Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Belvédère des frères Rahir, 9. Repos, 9.6 Belvédère, Remouchamps

    Belvédère des frères Rahir (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 9. Repos 9.6 Belvédère adresse: Remouchamps Histoire: BELVEDERE DES FRERES RAHIR Dans la revue bimestrielle « Harzé au Fil du Temps », Godelieve Farine et Etienne Compère écrivaient ceci dans les années 1990, au sujet des frères Rahir : « Maurice Rahir (1862-1935), membre de la Société Royale Belge de Géographie fut, lui aussi, administrateur de la Société des Grottes de Remouchamps. Passionné par la beauté de notre région, il passa tous ses loisirs à la faire connaître et à seconder son frère Edmond dans la promotion du tourisme. Edmond Rahir (1864-1936), également membre de la Société Royale Belge de Géographie, conservateur des Musées Royaux d’Art et d’Histoire, directeur du Service des Fouilles et secrétaire général de la Fédération pour la Défense de la Nature, s’installa fin du siècle passé, pour raisons de santé, dans notre contrée vivifiante. D’abord à Aywaille, ensuite à Remouchamps. Amoureux de la beauté de notre environnement, il en décrivit toutes ses richesses dans de nombreux ouvrages encore très recherchés actuellement. Notamment Au Pays de l’Amblève - Le Ninglinspo ou le Vallon des Chaudières publié par la Société Les Amis de l’Amblève. Le but essentiel de cette société, qu’il avait fondée en 1913, était la création et l’aménagement des sentiers touristiques. Organisateur de grandes fouilles dans la grotte de Remouchamps, il y découvrit la Cathédrale et y fit aménager des promenades commodes. Il assuma la direction de la Société des Grottes de Remouchamps et contribua largement à faire connaître la notoriété de celles-ci, de la Vallée des Chantoires, du Vallon du Ninglinspo et des Fonds de Quarreux. » A la fin de l'hiver 2020, le site a fait l'objet d'importantes dégradations du fait d'actes de vandalisme tout à fait gratuit. Heureusement, les services communaux sont intervenus rapidement pour relever la petite construction d'où se découvre un très joli paysage sur Remouchamps. A la fin de l'hiver 2020, le site a fait l'objet d'importantes dégradations du fait d'actes de vandalisme tout à fait gratuit. Heureusement, les services communaux sont intervenus rapidement pour relever la petite construction d'où se découvre un très joli paysage sur Remouchamps. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Borne-potale de Han , 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-Potales, Route de Trois-Ponts Remouchamps

    Borne-potale de Han (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-Potales adresse: Route de Trois-Ponts Remouchamps Histoire: BORNE-POTALE DE HAN Bénédiction, en octobre 1954, de cette borne-potale érigée par Georges Léonard, dans le cadre de l'année mariale. ANNEE MARIALE A l’occasion du centenaire de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, et quelques années après qu’il eut défini la doctrine de l’Assomption, le pape Pie XII décrète que 1954 serait une année mariale (une seconde sera décrétée en 1988). Durant cette année, on encourage les fidèles à fréquenter les sanctuaires mariaux et de grandioses manifestations de dévotion à la “Vierge” sont organisées. Dans notre commune, cette année verra l’édification de plusieurs chapelles et potales dédiées à la Vierge. Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Fontaine de Deigné, 1. Point d'eau, 1.1 Fontaines, Deigné

    Fontaine de Deigné (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 1. Point d'eau 1.1 Fontaines adresse: Deigné Histoire: FONTAINE DE DEIGNE Aussi appelée fontine Sint-Djôsèf , cette fontaine a été édifiée le 07 juillet 1862. Alors qu’elle avait été détruite lors du raccordement du village au réseau de distribution d’eau en 1939, cette fontaine, installée devant l’église, a été reconstruite, à l’initiative du Comité des Fêtes de Deigné, en 1975. Etienne Compère et Henri Offermanne rapportent, dans l’ouvrage qu’ils ont consacré à Deigné, une ancienne tradition liée à cette fontaine. Chaque année, au printemps, les mariés de l’année s’y rendaient, en cortège et précédés de violonistes, les plus récemment unis se voyaient chargés de vider et de nettoyer la fontaine. Le travail effectué, tous pouvaient alors festoyer. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Croix de fonte anciennes, 2. Petit patrimoine sacré, 2.1 Croix, Eglise d'Ernonheid

    Croix de fonte anciennes (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.1 Croix adresse: Eglise d'Ernonheid Histoire: CROIX DE FONTE ANCIENNE A ERNONHEID Trois très anciennes croix en fonte pleine. Sans doute ont-elles été coulées directement sur le sol de la fonderie dans un moule sommaire fait de quelques pièces de bois. L'une d'elle porte, outre une représentation naïve du Christ, la date de 1709; les deux autres portent quelques ornementations : croix et fleurs. Elles ont été heureusement préservées par le choix de les fixer au mur extérieur de l'église. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Pierre commémorative du S.I. de Harzé, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Rue du Wayai, Harzé

    Pierre commémorative du S.I. de Harzé (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Rue du Wayai, Harzé Histoire: PIERRE COMMEMORATIVE DU S.I. HARZE Cette pierre, datée du 28 février 1970, porte, outre cette date, l'inscription: " INITIATIVE ET TOURISME ". Ce petit monument commémore le jour où est née officiellement l'asbl "Syndicat d'Initiative et de Tourisme" de Harzé. A cette date, en la maison communale, a été lu par Me Perot l'acte notarié sanctionnant la naissance de cette asbl. Le banc installé juste à côté de cette pierre est dédié à la mémoire de M. Comhaire, il est ombragé par le chêne rouge d'Amérique planté pour l'occasion. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Pompe de Dieupart, 1. Point d'eau, 1.3 Pompes, Dieupart

    Pompe de Dieupart (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 1. Point d'eau 1.3 Pompes adresse: Dieupart Histoire: LA FONTAINE DE DIEUPART Cette borne-fontaine a été érigée, en 1863, à l'initiative du conseil communal. Le cahier des charges nous apprend que la fontaine était surmontée d'un vase en fonte de style Renaissance duquel dépassait une fleur d'aloès. En 1871, le jet de la fontaine se vit doter d'une tête de lion en zinc réalisée à la fonderie de Raborive. Cet ornement disparut en 1902 quand, répondant à une demande du directeur de la laiterie de Dieupart, grande consommatrice d'eau, un jet intermittent remplaça le jet continu. Le bac, en calcaire de Dieupart, de cette fontaine a été ôté, en 1948, quand Dieupart a pu bénéficier du réseau de distribution d'eau alimentaire. Il fut ensuite récupéré et retrouva son emplacement originel en 1971. Le peintre aqualien Guy Leclercq a offert à la Commune d'Aywaille une très jolie peinture montrant cette pompe dans son environnement. Cette peinture a été accrochée dans la salle du conseil communal. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Plaque commémorative des anciens Maires et Bourgmestres de Harzé, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Harzé (ancienne maison communale)

    Plaque commémorative des anciens Maires et Bourgmestres de Harzé (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Harzé (ancienne maison communale) Histoire: PLAQUE COMMEMORATIVE ANCIENS MAIRES ET BOURGMESTRES DE HARZE Cette plaque est inaugurée le 18 juillet 1982 pour rappeler le souvenir des anciens maires et bourgmestres de Harzé de 1800 à 1976. HARZE MAIRES ET BOURGMESTRES LEGRAND Gaspard 1800 - 1807 de FAVEREAU Charles 1808 - 1810 d'ANCION de VILLE François 1810 - 1822 BULTOT François 1822 - 1831 GABRIEL Jean 1831 - 1836 LIERNEUX Léonard 1836 - 1846 AMAND Hubert 1846 - 1860 DECOLLE Jean 1861 - 1870 BULTOT Désiré 1871 - 1877 GODINAS Alexandre 1878 - 1881 LEGAND Antoine 1882 - 1884 POLET Jean 1885 - 1903 GABRIEL Léopold 1904 - 1911 de POTTER d'INDOYE Edgar 1912 - 1921 SIMON Maurille 1921 - 1932 LESENFANTS Joseph 1933 - 1939 SIMON Maurille 1939 - 1944 RIXHON Emile 1945 - 1958 BONMARIAGE Joseph 1959 - 1976 ECHEVINS ff FLOHIMONT Louis 1911 SCHOLSEM François 1914 - 1921 ANDRE Edouard 1945 Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Pompe de Martinrive , 1. Point d'eau, 1.3 Pompes, Martinrive

    Pompe de Martinrive (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 1. Point d'eau 1.3 Pompes adresse: Martinrive Histoire: POMPE DE MARTINRIVE Beau pilier à panneaux rectangulaires évidés et amortissement en forme de cloche dressé derrière un bassin à double panse à allure de sarcophage. Cette pompe a été installée en 1871. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument Lt Colonel Happe, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Awan - Fond de la Ville

    Monument Lt Colonel Happe (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Awan - Fond de la Ville Histoire: MONUMENT HAPPE Monument fait d'une pierre calcaire dressée supportant une plaque de petit granit gravée en creux et deux ailes. Inscription sur le monument : VNGVIBVS et ROSTRO 20 - oct - 1930 Ici tombèrent Lt-colonel HAPPE Capt-Mécan HUET du 12e d'aviation REIMS Aux parents, Aux amis A la France en deuil In memoriam Monument inauguré le 21 octobre 1931 pour rappeler l'accident du 20 octobre 1930. Initialement installé à l'endroit même où l'avion s'écrasa, ce mémorial était alors entouré de trois peupliers d'Italie. Il fut par la suite déplacé le long de la route reliant Harzé à Awan. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Chapelle de la Fidélité, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-potales, Hodister, Sougné

    Chapelle de la Fidélité (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-potales adresse: Hodister, Sougné Histoire: Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. ​ LA CHAPELLE DE LA FIDELITE ​ Bénédiction, le 8 décembre 1975, de cette chapelle rebâtie après son déplacement rendu nécessaire par les travaux de l’autoroute. La construction de l'autoroute a rendu nécessaire le "déménagement" de cette chapelle et son installation dans son emplacement actuel. Les habitants de Sougné-Remouchamps se dirent choqués quand, en raison de ces travaux, le vénérable tilleul qui ombrageait la chapelle dut être abattu. Elle a été réinstallée le long de la rue de Hodister, au sommet du village de Sougné, la long de l'autoroute au centre d'un demi-cercle de Hêtres communs. "La chapelle actuelle, écrivait F-J Wilbert dans Le Vieux-Liège , a été édifiée en 1832 ainsi qu'en témoignait l'inscription sur le linteau primitif 18 INRI 32 (...) Le 26 mars 1923, la foudre brisa le linteau, tuant du même coup une jeune fille d'Aldingen (Malmedy), Maria Brantz, qui, surprise par l'orage, s'était réfugiée contre la chapelle. Peu après - en septembre, d'après M. Gustave Francotte - les dégâts furent réparés par le placement d'un nouveau linteau dû au concours de MM. Jos. Burnotte, curé; Francotte, bourgmestre; Victor Poncelet (fils de Henri) et Mignolet, propriétaire du monument. Taillé d'après croquis de l'architecte A. Dufays, il porte l'inscription VIRGO FIDELIS 0.P.N." Voici ce qu'en dit Marcellin La Garde : "On la nomme tantôt chapelle d'Entre-Vaux, à cause de sa situation, tantôt chapelle Hallet, du nom d'un particulier qui la fit réparer jadis, mais son ancien nom est chapelle de la Fidélité et une histoire se rattache, en effet, à son origine, véritable histoire du vieil âge, bien simple et bien mystique, qu'il faudrait entendre de quelque vieux pâtre ou de quelque vieille fileuse." ​ Appelée aussi « chapelle al’ Commignette » du nom du lieu-dit proche du croisement du vieux chemin de Playe vers Sougné, appelé plus anciennement chemin de Fraipont, du chemin de Playe à Moirimont et du sentier de Playe à Sougné par le vallon. Le Dr Thiry l’affirme : la chapelle installée à cet endroit a été prise à tort par Marcellin La Garde pour la chapelle de la Fidélité. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Calvaire du Fond de la Ville, 2. Petit patrimoine sacré, 2.2 Calvaires, Harzé

    Calvaire du Fond de la Ville (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.2 Calvaires adresse: Harzé Histoire: CALVAIRE DU FOND DE LA VILLE Croix de fer portant un Christ métallique (aux jambes parallèles) fichée sur une colonne de pierre calcaire gravée en creux. Ce calvaire communément désigné sous le nom de croix du Fond de la Ville porte l'inscription suivante: " PP LES TREPASSES 1872 " Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Calvaire de l'Hermiterie, 2. Petit patrimoine sacré, 2.2 Calvaires, Rue des Minières, Harzé

    Calvaire de l'Hermiterie (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.2 Calvaires adresse: Rue des Minières, Harzé Histoire: CALVAIRE DE L'HERMITERIE Appelé par les Harzéens "croix de l'Hermiterie", ce vieux calvaire daté de 1768 n'apparaît dans aucune archive connue à ce jour. Cette croix de fer fichée dans un socle de pierre supporte un Christ au pied duquel se distingue un cœur. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Vestiges du pont suspendu d'Aywaille, 18. Autre, 18.4 Patrimoine disparu, Parc Louis Thiry, Aywaille

    Vestiges du pont suspendu d'Aywaille (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 18. Autre 18.4 Patrimoine disparu adresse: Parc Louis Thiry, Aywaille Histoire: VESTIGES DU PONT SUSPENDU Inauguré le 12 mai 1842, ce pont suspendu allait connaître près d'un siècle de vie puisqu'il ne sera remplacé qu'en 1935 en raison de son inadéquation à l'accroissement du trafic. Ce pont suspendu ne comptait qu'une seule voie de circulation. Le tablier de ce pont avait une longueur de 51 mètres et sa largeur était de 5 mètres. Quand il fut remplacé, les autorités communales ont eu l'excellente idée d'en conserver les éléments principaux qui ont été installés à deux des trois accès du parc communal. Les parties les plus imposantes sont celles qui ont été réinstallées, le long de la grand-route, à quelques mètres seulement de leur emplacement d'origine. Ce sont deux des pylônes en pierre de ce pont et les caténaires et chaînes des ancrages des extrémités du pont qui en partaient. Devant pareils vestiges, il est aisé de se représenter à quoi ressemblait ce pont emblématique d'Aywaille. Les deux autres pylônes ont, quant à eux, été installés à l'entrée par laquelle, à l'origine, il était possible d'accéder au parc, c'est-à-dire rue de la Heid. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Croix de la Terre à la Croix, 2. Petit patrimoine sacré, 2.1 Croix, au carrefour des chemins de Saint-Roch à Aywaille et d’Awan à Harzé

    Croix de la Terre à la Croix (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.1 Croix adresse: au carrefour des chemins de Saint-Roch à Aywaille et d’Awan à Harzé Histoire: CROIX DE LA TERRE A LA CROIX Lieu-dit situé au carrefour des chemins de Saint-Roch à Aywaille et d’Awan à Harzé. Cette croix aurait été installée là, au début du XXe siècle, à l’initiative de Mlle Labasse, jeune institutrice du village, pour rappeler la croix, plus ancienne et disparue, qui donna son nom à cette terre. ​ La « Terre à la croix » ou « Pièce à la croix » constitue, sous l’ancien régime, une dépendance de la cense du sart, nom historique du château d’Awan, ainsi que l’indiquent les archives (Registres aux cens et rentes 1699). La croix toujours visible a été installée en 1938 presque à l’angle des chemins menant d’Awan à Harzé et d’Aywaille à Pironboeuf. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Monument aux Morts Sougné-Remouchamps, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.2 Monuments aux Morts, Place publique Sougné

    Monument aux Morts Sougné-Remouchamps (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.2 Monuments aux Morts adresse: Place publique Sougné Histoire: MONUMENT AUX MORTS SOUGNE-REMOUCHAMPS Ce monument a été inauguré le 7 novembre 1926. Œuvre du sculpteur liégeois Robert Massart. MONUMENT AUX MORTS SOUGNE-REMOUCHAMPS Inscriptions figurant sur le monument : Partie centrale "LA COMMUNE DE SOUGNÉ-REMOUCHAMPS À SES BRAVES" Dalle au pied de la partie centrale 1914 - 1918 COLETTE Narcisse VANESSE Gédéon DE THEUX Henri MATAGNE Emile MALGREVE François DIEUDONNE Albert LEBE Alphonse Rev. Père LERUDE CARPENTIER Ferdinand FRANCOTTE Philippe WARZEE Adrien WISLEZ Joseph BONHOMME Léon DEFOSSE Lucien COPAY Joseph MATHONET Albert 1940 - 1945 PENASSE Albert WARNER Mathieu LEBOUTTE Gaston DEFOSSE Mathieu COMPERE Oscar DOGNE Lucien HORRION Léon HORRION Lucien LAGASSE Alphonse CALIFIS Xavier Mme CALIFIS Xavier CALIFIS Marcel Mme VANDENBEMT LECLERCQ Ernest MATAGNE Emile DESSY Jacques SIMONIS Georges HORRION Joseph SCHOUNE Alexis DE THEUX Antoine DEFOSSE René GOFFINET Roger CADET Joseph THOUILLET Jean Mme THOUMSIN Jean THOUMSIN Marie-Louise MORTS POUR LA PATRIE" Plaque à gauche : "1914 ANTOINE Joseph AUGUSTE Jules BENOIT Henri BERNIER Joseph BONHOMME Firmin BONHOMME Urbain CADET Jules CADET Noël CAILLET Abel CAMPAGNE François CAMPAGNE Victor CARPENTIER Alfred CHARLIER Hubert COLLIN Victor COPAY Jules COMPERE Maurille CORTIN Eugène DEBRA Joseph DEFOSSE Edmond DEGEE Lucien DELHAES Julien DELHAES Louis DEMARTEAU Alphonse FONTAINE Hubert DETAILLE Louis DE THEUX Guy DETILLEUX Prosper DUFAYS Armand DUMONT Louis GABRIEL Alexandre GILLARD Joseph GRODENT Jean HALLET Désiré HALLET Joseph JACQUES Oscar JAMAGNE Abel JAMAGNE Fernand JAMAGNE Joseph JAMES Hubert LAGASSE Emile LAVIOLETTE Lambert LEBE Arthur LEBE Joseph LEBE Victor LECLERCQ Henri LEFORT Hubert LEGROS Arthur HORRION Edouard Plaque à droite 1918 LEMAILLEUX Maurice LEONARD Alfred LEONARD Edouard LEONARD Georges LEONARD Nicolas LEONARD Odon LEONARD Victor MABILLE Armand MAHY Etienne MARTIN Joseph MASSET Désiré MATAGNE Jean MONSEUR François MONSEUR Henri MONSEUR Joseph MOTTET Alfred NATALIS Adrien NATALIS Arthur NATALIS Joseph NATALIS Philidor NATALIS Thomas NEUFORGE Joseph NEUFORGE Lambert MATHIAS Armand NIVARLET Mathieu NISIN Armand NOEL Eugène PAQUAY Léon PAQUAY Léopold PIQUERAY Hubert PIQUERAY Joseph PIRNAY Nicolas ROUFFIN Auguste THOUILLET Charles THOUILLET Georges THOUILLET Florent THOUMSIN Adolphe THOUMSIN Dieudonné THONUS Julien VIGNERON Léon VITRIER Lucien WATHELET Alfred WESMAEL Fernand XHIGNESSE Achille XHIGNESSE Ernest DEGEE Léon MONSEUR Joseph La Meuse 13 et 14 novembre 1926 "On sait que dimanche dernier un monument a été érigé à Sougné-Remouchamps, aux enfants morts pour la patrie. La nuit de jeudi à vendredi, des vandales, à l'aide d'outils, ont dégradé celui-ci. La gendarmerie d'Aywaille recherche activement les coupables." In René Henry, Aywaille, chronique illustrée du XXe siècle, Dricot, 2006. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Croix Dogné, 2. Petit patrimoine sacré, 2.1 Croix, Paradis

    Croix Dogné (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.1 Croix adresse: Paradis Histoire: POTALE DOGNE (en bordure de la route menant à Paradis) Cette potale de petit granit entourée d’une rocaille de pierres rustiques a été élevée « A la mémoire de Monsieur Dogné », décédé à cet endroit. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Portail de la ferme de Pironboeuf, 3. Ouvertures , 3.2 Portails, Pironboeuf

    Portail de la ferme de Pironboeuf (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 3. Ouvertures 3.2 Portails adresse: Pironboeuf Histoire: PORTAIL DE LA FERME DE PIROMBOEUF Très belle entrée charretière en anse de panier à l'arc cintré en pierre de taille. Cette belle ferme clôturée en moellons de grès et de calcaire est citée comme gentilhommière au XIVe siècle. Au cours de tout l'ancien régime, le domaine de Piromboeuf relevait d'Aywaille. C'est à l'époque française, en 1812, qu'il fut rattaché à la municipalité de Harzé. Bâtiment pastillé au Patrimoine monumental de la Belgique Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Croix Jules Paul, 2. Petit patrimoine sacré, 2.1 Croix, Havelange

    Croix Jules Paul (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.1 Croix adresse: Havelange Histoire: CROIX JULES PAUL Théo POLET se souvenait dans les pages de Harzé au Fil du Temps , dans les années 1980 : " L"abbé Paul était un homme doux et affable, qui avait conquis d'emblée la sympathie de ses paroissiens. Hélas, son ministère à Harzé devait être de courte durée et sa fin fut surprenante et tragique. Il y avait à cette époque, au hameau de Havelange, deux nains d'un certain âge, qui vivaient discrètement au sein de leur famille. L'un d'eux se trouvant en danger de mort, M.le Curé fut appelé pour lui administrer les derniers sacrements. Comme il n'y avait pas d'acolyte disponible, ce fut le chantre Jules Lecrompe, qui l'accompagna, portant la lampe allumée et la sonnette avertissant du passage de Notre-Seigneur. La route est longue de Harzé à Havelange et elle s'achève en une âpre montée. Arrivé sur le plateau qui la termine, M.le Curé tomba, foudroyé par une crise cardiaque. Le corps fut transporté dans la maison de Hubert Fontaine et ce dernier alla quérir le Curé d'Awan, qui administra les sacrements au nain en question. Il rapporta les saintes espèces à l'église de Harzé, et le corps de l'infortuné fut ensuite ramené au presbytère. J'assistai à ce retour dans la nuit tombante, parmi la population consternée. La piété des paroissiens de Harzé fit élever un monument à l'endroit même où Dieu avait attendu son pasteur. C'est une pierre de taille surmontée d'une croix et d'un calice; elle se trouve à gauche de la route, peu avant les premières maisons de Havelange. Elle porte cette inscription: "A la mémoire de Jules Paul, curé de Harzé, décédé à cet endroit le 13 février 1911 en portant la sainte communion à un malade". Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Chapelle Sainte-Barbe, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-Potales, Sougné

    Chapelle Sainte-Barbe (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-Potales adresse: Sougné Histoire: CHAPELLE SAINTE-BARBE Elle aurait été élevée, en 1927, à la place d’une vieille croix. Le Dr Thiry rapporte un souvenir de sa mère qui racontait que cette croix avait été élevée là où, le 1er juillet 1888, un ouvrier et sa fille qui mangeaient à l’ombre d’un arbre furent foudroyés. Placée au pied d'une carrière, cette borne-potale abritant une statue de Sainte-Barbe, sainte patronne des carriers, a, bien sûr, pour objectif de protéger les carriers durant leur travail ainsi que le confirme l'inscription qu'elle porte : SAINTE BARBE PROTEGEZ NOS CARRIERS Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Plaque commémorative du parc Dr. Louis Thiry, 11. Patrimoine militaire et commémoration, 11.3 Témoin d'évènements du passé, Aywaille

    Plaque commémorative du parc Dr. Louis Thiry (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 11. Patrimoine militaire et commémoration 11.3 Témoin d'évènements du passé adresse: Aywaille Histoire: PARC LOUIS THIRY ​ Le parc communal a été créé dans les années 1885-1890 sur l’île d’Ewêye , ou île supérieure, pour le pouvoir communal d’alors qui voulait voir s’installer un parc d’agrément au cœur même du village. Tout fut alors étudié : le type et le lieu des plantations, l’installation des bancs, du kiosque à musique, le tracé des allées pour la promenade et même des jets d’eau. En 1936, le parc reçoit le nom de parc reine Astrid en mémoire de la défunte quatrième Reine des Belges. Changement de nom encore, le 9 avril 1971, quand le parc devient le parc Louis Thiry en hommage à ce docteur, décédé en 1959, qui fit tant pour faire connaître le passé de notre commune et de notre région et en protéger les vestiges. La plaque de marbre apposée à l’entrée du parc, sur un des éléments conservés du célèbre pont suspendu, porte l’inscription : Dr LOUIS THIRY – 1885-1959 - ARCHEOLOGUE – HISTORIEN DE LA REGION D’AYWAILLE – DEFENSEUR DES SITES ET MONUMENTS DE LA VALLEE DE L’AMBLEVE Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

  • Potale Notre-Dame de Lourdes, 2. Petit patrimoine sacré, 2.4 Bornes-Potales, Awan - Wérihay

    Potale Notre-Dame de Lourdes (cliquez sur la photo pour la voir en plein écran) Hors de la galerie 2. Petit patrimoine sacré 2.4 Bornes-Potales adresse: Awan - Wérihay Histoire: POTALE NOTRE-DAME DE LOURDES Cette potale a été élevée en 1941 à la demande de M. Lamarche, châtelain d'Awan. On en doit la construction à MM. E. et F. Scholsem. Le terme "potale " est un terme bien de chez nous et qui n'a aucun équivalent en français. En wallon, il couvre d'ailleurs diverses acceptions. Pour y voir clair, précisons que "potale " est un diminutif de "pote " signifiant littéralement "petit trou" - celui que connaissent tous les gamins jouant "al pote", jeu de billes où il convient d'utiliser comme cible la petite fosse creusée à même le sol. En matière de patrimoine, la "potale " désigne la niche aménagée dans un mur, le plus souvent au-dessus du linteau de la porte, et destinée à accueillir la statue d'un saint. On l'appellera borne-potale quand la potale trouve place sur un piédestal, signe d'un plus grand prestige. Localisation (cliquez sur l'icône pour obtenir l'itinéraire sur google maps) Localisation par coordonnées ​ ​ Photos anciennes : ​ (Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune) Hors de la galerie Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo. Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur : https://www.facebook.com/groups/321245621987319/

bottom of page