Orgue de l'église de Sougné
(cliquez sur la photo pour la voir en plein écran)

2.9 Orgues

adresse:
Rue du Passeur d'eau
Histoire:

ORGUE DE L'EGLISE DE SOUGNE


"Il n’y a aucune mention de cet achat aux registres aux délibérations du Conseil de Fabrique et du Bureau des Marguilliers ;

Dans les années antérieures à 1862, il n'est jamais question des orgues, au moins jusqu'en 1850

Le livre-journal mentionne, notamment, les écritures suivantes :

15 juillet 1862 – Payé 7,50 F pour la dépense de 3 charrettes qui ont été chercher l’orgue 7.50

26 juillet 1862 – Payé 6 F pour avoir reconduit les caisses au troz 6.00

21 septembre 1862 – Payé pour un miroir pour le jubé 0.65

8 novembre 1862 – Payé à Monsieur Wilmotte d’Aywaille 80 F pour réparation au jubé 80.00

Les autres écritures jusqu’en 1869 sont relatives au paiement des intérêts à 4 % et le emboursement de la somme de 1.475 F. Est-ce le coût de l’instrument ?

Le facteur d’orgues Arnold Clerinx de Saint-Trond avait – paraît-il – les moyens d’accorder des délais de paiement.

Le livre de compte mentionne une note d’éclairage pour 55.60 F à Moxhon (centrale de Dieupart) pour (toute ?) l’année 1923. Aux mensualités suivantes, c’est « électricité » sans mention du bénéficiaire et ce, jusqu’en novembre 1926 où apparaît l’Association Liégeoise d’Electricité créée le 30 mars 1923 qui, pour obtenir le statut de producteur, avait racheté l’usine électrique de Dieupart.

En 1925, 94 F sont payés à M. Paquay pour fourniture et main-d’œuvre au soufflet de l’orgue.

Les dernières indemnités de souffleur ont été payées en 1926, ce qui semble déterminer l’année du placement d’une soufflerie électrique. Il semblerait que c’est vers cette époque que la soufflerie électrique a été installée et que, apparemment, s’avérant relativement bruyante, elle a été logée dans le clocher : un porte-vent étant fixé sous une petite passerelle entre l’orgue et le mur à hauteur de la porte du clocher, soit à environ 2.50 m de haut du sol du jubé. En octobre 1926, M. Joseph Paquay a fourni une échelle pour le jubé (28 F) : d’autres dépenses relativement importantes ont été faites à cette période mais il n’y a pas de précisions (Payé à … pour fournitures et travail ou main-’œuvre à l’église).

Mais ! Alors que les factures de l’ALE étaient qualifiées « notes d’électricité », cela devient

en septembre 1931 : électricité – éclairage – juillet 1.80

électricité – force motrice – juillet 3.70

en novembre électricité – éclairage – août 5.40

1 h de travail 6.50

force motrice 2.85

en décembre 36.00 et 5.70 sans précision du mois concerné. De même en février 1932, 46.80 et 2.85 et ainsi de suite >> octobre 1934 : 3.60 et 3.70. En avril 1935, payé à l’ALE 28.50 pour éclairage et 20.00 pour loyer compteur ; en juin, c’est 63.00 et 10.00. etc… jusque au moins 1938 où en juin, il est payé à M. Alphonse André la somme de 1320.60 F pour un moteur, un disjoncteur et placement.

Un gros entretien a été fait en décembre 1969 par la firme André Thomas de, à l’époque, Ster-Francorchamps, qui a notamment installé une nouvelle soufflerie dans un caisson isolé à l’intérieur de l’orgue à l’emplacement du soufflet. Je me rappelle la réflexion de M. Thomas à ce sujet. Les premiers moteurs étaient relativement bruyants et les moyens d’isolation du bruit à peu près inexistants dans les années 20, si ce n’est l’éloignement, d’où le placement dans le clocher mais que c’était une erreur que d’insuffler de l’air froid et humide dans un instrument placé dans une local chauffé.

Depuis, la firme Thomas a fait l’entretien annuel de l’orgue aux frais de la Fabrique tout comme cela avait été le cas au XIX° selon les écritures relevées. A partir de 1870, une somme de 10 F a été payée chaque année à M. Théodore RUEF (en 1872 à M. François RUEF), facteur d'orgue à Saint-Trond pour visite et « raccordage » Cette somme n'a pas été payée en 1881, de 1884 à 1893, 1895, 1897, 1901 à 1904. En 1883, on a payé 80F pour réparation et nettoyage de l'orgue et, en 1905, 20 F. Pas d’entretien constaté entre 1928 et 1938. Je dois encore lire le reste.

Deux gros entretiens ont également été effectués par la firme Thomas en 1996 à la fin des travaux de restauration de l’église et en 2019 après la réfection du plafond et la peinture de l’édifice."

Notes rassemblées par Monsieur Barthélemy Carpentier qui a patiemment consulté les archives de la Fabrique d'église.


L’orgue de l’église de Sougné a été acheté en 1862 chez le facteur d’orgues Arnould Clerinx à Saint-Trond. Il présente un clavier de 56 touches et un pédalier de 25 touches. Son buffet est entièrement fait de chêne, sauf la face arrière.

Après sa restauration de 1970, par André Thomas, facteur d’orgues à Ster-Francorchamps, il fut inauguré le 7 juin 1970 par Pierre Matot.


Petite anecdote : le miroir permettant à l’organiste de suivre les offices et ayant été acheté le 21 septembre 1862 pour un prix de 65 centimes est toujours celui en place aujourd'hui remplissant la même fonction! 


Localisation
(cliquez sur l'icône pour obtenir
l'itinéraire sur google maps)
google-maps-logo.png
Localisation par coordonnées

Photos anciennes : 

(Si nous disposons de photos spécifiques à cet élément patrimonial, elles s'afficheront ci-dessous, en attendant d'en recevoir, nous vous proposons une vue de notre commune)

logo participation citoyenne.jpg

Vous avez des informations ou des documents permettant de compléter cette fiche, vous souhaitez en faire profiter tout le monde ? Rien de plus simple, cliquez sur l'onglet "Participez" en haut de page et transmettez-nous vos précieux renseignements, photos ou vidéo.

Vous pouvez également communiquer directement avec nous en cliquant sur :
https://www.facebook.com/groups/321245621987319/